Un certain cinéma

19 avril 2019

Cliché du jour : Peggy Shannon

Un autre cas de mort violente et triste à Hollywood, la rousse Peggy Shannon (née Winona Sammon) remplace Clara Bow, victime d'une dépression nerveuse, au pied levé lors de la production de The Secret Call (1931). Peggy y gagne une publicité non négligeable et, avec Sylvia Sidney, elle est vite considérée comme une nouvelle Clara Bow. Cependant, même si elle est agréable à regarder, miss Peggy n’a pas ce qu’il faut pour devenir une véritable star de l'écran. Film après film, les étincelles attendues refusent... [Lire la suite]
Posté par CoralineLambert à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 avril 2019

Arrêt d'autobus, de Joshua Logan (1956): une danseuse et un cow-boy

Premier "vrai" rôle dramatique d'une Marilyn Monroe alors au sommet de sa gloire, Arrêt d'autobus est tiré d'une pièce un peu poussive, devenu, sous la houlette de Joshua Logan, réalisateur un peu oublié aujourd'hui, un film plaisant, mais sans plus. Chérie (Marilyn) est une chanteuse de baltringue sans talent, qui végète à Phoenix en attendant l'occasion de partir pour Hollywood. Bo Decker (Don Murray), un cow-boy du Montana sans expérience, arrive en ville pour y participer à un rodéo et, espère-t-il, "trouver un ange". Il... [Lire la suite]
14 avril 2019

Mirage de la vie, de Douglas Sirk (1959): les mères et leurs filles (bis)

Le plus flamboyant mélodrame jamais tourné par Douglas Sirk, le maître du genre, Mirage de la vie reste, près de soixante ans après sa réalisation, d'une étonnante actualité : relations mères-filles, ségrégation raciale, ambition féminine... Magnifié par le Technicolor, porté par des actrices au plus près de leur rôle, soutenu par un scenario sans faille et une mise en scène admirable, Mirage de la vie est un film précieux sans cesse à redécouvrir. Lora Meredith (Lana Turner), veuve et aspirante comédienne, accueille chez elle Annie... [Lire la suite]
15 janvier 2018

En cas de malheur, de Claude Autant-Lara (1958): la France s'ennuie, le cinéma aussi

Le cinéma français des années 50, contrairement au cinéma américain, me reste étranger. Les scenarii, la façon de filmer, les sujets, tout y est déjà démodé. Même les jeunes personnages sont vieux. Sans doute, ainsi que nous l'avions évoqué pour la Peau douce ou Martine Carol, parce que la France de la IVe République fut vieille avant même d'avoir été jeune. Ce constat est éclatant dans le film qui nous occupe ici. En cas de malheur, malgré l'éblouissante beauté de Brigitte Bardot, est désespérant d'ennui. Yvette Maubert... [Lire la suite]
13 janvier 2018

le Coup de foudre, de Clarence Bagder (1927): à la gloire de Clara Bow

Les films muets de Clara Bow sont aussi difficiles à trouver que ceux, de la même époque, de Gary Cooper ou de Norma Shearer. Après avoir attendu en vain une rétrospective à la Cinémathèque ou au Cinéma de minuit, je me suis résignée à faire un tour sur Youtube... où tous les films de miss Clara sont accessibles. Surmontant mon embarras à visionner un film via ce medium, j'ai choisi de regarder le plus célèbre de la star, le Coup de foudre, mieux connu sous son titre original, It. Et ce fut un ravissement. Le film part d'un... [Lire la suite]
10 janvier 2018

le Dernier tournant, de Pierre Chenal (1939): James M. Cain dans les Alpilles

Première adaptation du Facteur sonne toujours deux fois, fameux roman policier de James M. Cain, le Dernier tournant est sa version la plus méconnue. Elle n'en n'est pas moins d'une extraordinaire modernité. Le scénario est fidèle au livre, fidèle comme le fut celui de Tay Garnett, qui en signa la plus célèbre adaptation: un vagabond, Franck (Fernand Gravey), arrive, au hasard des routes, dans une station service perdue des Alpilles. Il s'éprend immédiatement de la femme du patron, Cora (Corinne Luchaire). Une... [Lire la suite]

26 avril 2017

le Samouraï, de Jean-Pierre Melville (1967): illustration de la solitude

Un homme, seul, dans un appartement sommairement meublé. Un oiseau en cage chante. Les teintes sont grises - comme les murs et le temps - et bleues - comme la robe de l'oiseau et les yeux de l'homme. C'est l'antre de Jef Costello, tueur à gages solitaire. Déambulant affublé d'un imperméable beige et d'un feutre mou, mâchoire serrée, démarche rapide et regard aux aguets, il part, à la nuit tombée, honorer un contrat. Le patron d'une boîte de nuit est la victime. Discret, efficace, Jef Costello est néanmoins remarqué par la pianiste de... [Lire la suite]
20 avril 2017

Falbalas, de Jacques Becker (1945): un couturier meurt d'amour

Film très rarement diffusé, j'ai eu la chance de voir Falbalas un soir un 23h sur Arte, lors d'un cycle Jacques Becker (concommittant avec celui que lui consacre la Cinémathèque). Falbalas, comme son nom l'indique, a pour cadre une maison de couture parisienne et suit les tribulations d'un couturier pour dames, Philippe Clarence. Malgré son sujet, le film est tout sauf frivole. Jugez plutôt. Philippe Clarence (Raymond Rouleau), grand couturier parisien, tombe amoureux de Micheline Lafaurie (Micheline Presle), fiancée de son... [Lire la suite]
08 avril 2017

Cliché du jour: Constance Bennett

Star élégantissime des années 30, Constance Bennett est LA comédienne de la comédie américaine naissante, celle du début des années 30. Miss Bennett, enfant de la balle, débute sans grand succès à l'ère du muet pour mieux s'imposer au début du cinéma parlant. Racée, malicieuse, irrésistiblement séduisante, son personnage séduit d'emblée, car il correspond à l'image que les spectateurs se font d'une mondaine. Mondaine, Constance l'est dans sa vraie vie, au bras du millionnaire Philip Plant ou du marquis de La Falaise de La Coudray... [Lire la suite]
07 avril 2017

Cliché du jour: Jennifer Jones

La très gracieuse Jennfier Jones à l'aube de sa carrière naissante... elle débute au cinéma en compagnie de son premier époux, Robert Walker, et tape très vite dans l'oeil du producteur David O. Selznick. Avec un visage longtemps enfantin, très photogénique, elle est révélée par le Chant de Bernadette (oui, Bernadette Soubirous), rôle pour lequel elle reçoit un Academy Award, et épouse son pygmalion. Ce dernier met sur pied un projet grandiose pour sa nouvelle épouse: Duel au soleil. Le film, épique à la manière d'un Autant en... [Lire la suite]
Posté par CoralineLambert à 11:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,