10 décembre 2014

Capitaine Blood, de Michael Curtiz (1935): le faux pirate et sa belle

Dans une logique soeurs de Havilland-Fontaine, après Rébecca, passons à Capitaine Blood, film qui signa le renouveau du cape et d'épée, et mis Miss de Havilland, alors âgée de 19 ans, en pleine lumière. L'histoire s'inspire de la grande pour en faire un réjouissant spectacle d'aventures: Peter Blood (Errol Flynn), jeune médecin de son état dans le Londres du XVIIe siècle, se retrouve accusé à tort de complot contre Jacques II. Déporté avec quelques rebelles à la Jamaïque, il est vendu comme esclavage à... Arabella Bishop... [Lire la suite]

02 octobre 2014

L'Extravagant M. Deeds, de Frank Capra (1936): l'angélisme à l'épreuve de la Grande dépression

L'Extravagant M. Deeds fait partie de ces comédies loufoques et absolument géniales qu'Hollywood produisit en masse, pendant les années 30, afin de distraire les classes laborieuses de la la situation économique catastrophique du pays. Aujourd'hui resté un classique, le film n'a rien perdu de son intérêt; et si la grande humanité de Capra frise parfois la naïveté, elle est d'une telle sincérité qu'on ne peut qu'être touché par elle, malgré qu'on en ait. Pour l'anecdote personnelle, ce film faisait partie du cycle "l'âge d'or de la... [Lire la suite]
28 juillet 2014

L'Impossible Monsieur Bébé, d'Howard Hawks (1938): un paléontologue est pris en otage

L'autre titre du film pourrait être Un léopard dans le Connecticut, ce qui résumerait tout aussi bien la loufoquerie de ce classique. "Comédie complètement givrée" (screwball comedy) par excellence, l'Impossible Monsieur Bébé est un genre à elle toute seule, un peu comme si on avait mélangé les Marx Brothers avec Joseph Mankiewicz et Constance Bennett.  À travers un rythme endiablé qui jamais ne cesse, on suit les mésaventures d'un paléontolongue lunaire et maladroit, le Dr David Huxley (Cary Grant), cherchant à... [Lire la suite]
19 mai 2014

L'Insoumise, d'Howard Hawks (1928): quand un prince arabe rencontre une coquette parisienne

Un joli petit film muet découvert... hier soir grâce au Cinéma de minuit. La plus jolie pépite exhumée du programme depuis de longs mois (les cycles italiens des années 60, ça ne m'emballe pas). C'est l'un des derniers films muets d'Howard Hawks, le futur réalisateur du Balafré, de l'Impossible M. Bébé, des hommes préfèrent les blondes, et de quantité de westerns bon cru rarement dépassés (sauf peut-être égalés par son copain Raoul Walsh). Pour l'histoire, bien qu'elle ne soit pas de lui, on se croirait dans un roman de... [Lire la suite]
08 mai 2014

Prisonnier du passé, de Mervyn Le Roy (1942): un homme, une femme, deux mémoires

Pendant que j'écris ce billet, nous sommes le 8 mai 2014. Nous avons célébré l'armistice de la Seconde Guerre mondiale, tout en rappelant que l'année 2014 marque également le centenaire de la Première. Je souhaitai parler d'un film évoquant ou se passant pendant les années 40. Aucun ne m'est venu spécialement en tête, en revanche, j'ai tout de suite pensé à Prisonnier du passé; le film se passe après la guerre de 14, et sortit au cinéma... en 1942. L'occasion est donc trop belle pour ne pas parler de ce beau mélodrame. ... [Lire la suite]
29 avril 2014

La Proie du mort, de W.S. Van Dyke II (1941): imparfait huis clos à trois

La Proie du mort est à la croisée de plusieurs films: le suspens, le presque fantastique, le drame. Porté par un casting de choix: Robert Montgomery, Ingrid Bergman et George Sanders, réalisé tout à fait honnêtement par Van Dyke, un vieux routier d'Hollywood, il laisse cependant sur sa faim. En cause? Une action parfois bâclée, une histoire simple dont les ficelles ne sont pas discrètes, et des raccords dans les plans pas toujours bien faits. Le titre français, on ne le comprend qu'au dernier quart du film: c'est Philippe Monrell... [Lire la suite]

26 avril 2014

La Courtisane, de Robert Z. Leonard (1931): la Divine et le Roi réunis

Unique film qui eut pour têtes d'affiche les deux plus fameuses stars de la M.G.M., Greta Garbo et Clark Gable, la Courtisane est un film curieux à bien des titres: il est parlant, mais les personnages (spécialement Garbo) gardent des attitudes du muet; il navigue entre plusieurs styles différents; enfin, c'est un film pré-Code. Mal connu, il n'a pas si mal vieilli que cela; au contraire, la juxtaposition de tous ces éléments en fait un objet de référence sur ce qu'était un fim dans les premières années du son et sur ce... [Lire la suite]
26 mars 2014

Vacances volées, de Michael Curtiz (1937): toute ressemblance avec une certaine affaire Stavinsky...

Séance cinéma hier soir; plus on a de films à voir, moins on sait lequel regarder. Le choix s'est finalement porté sur Vacances volées, film rarissime enregistré grâce au Cinéma de minuit. Bien que Patrick Brion ménage, dans sa brève présentation, l'inspiration du film, et que le réalisateur avertit, pendant le générique, que "toute ressemblance avec des faits réels etc.", on n'a aucun mal à reconnaître l'affaire Stavinsky comme inspiration principale du scénario. Paris, les années 30, un homme présentant bien faisant des affaires... [Lire la suite]
17 mars 2014

La Chartreuse de Parme, de Christian-Jaque (1948): le souffle poétique à la française

Une des trois oeuvres majeures de Stendhal, la Chartreuse de Parme a peu séduit les cinéastes: une adaptation sur grand écran et deux téléfilms à peine. Peut-être que la multitudes de personnages, de rebondissements et la toile politique très particulière du roman ont rebuté les éventuels candidats, ou peut-être que le film de Christian-Jaque, le premier à être tiré de l'oeuvre, a-t-il découragé les téméraires. N'ayant jamais lu la Chartreuse de Parme, et n'ayant pas honte d'avouer que je ne connaissais pas même... [Lire la suite]
12 mars 2014

Cri de terreur, d'Andrew L.Stone (1958): 24 Heures chrono

La compagnie aérienne Twentieth Century Airlines reçoit une demande de rançon de 500.000 dollars; si elle n'est pas versée, l'un des avions sera piégé par une bombe contenant un explosif nommé RDX. Après deux fausses alertes, le FBI se met sur l'affaire. Dans le même temps, Jim Molner (James Mason), un ingénieur, se rend compte en écoutant les flashs d'informations qu'il est sans le savoir à l'origine de la bombe. Rentré chez lui, il est pris en otage, avec son épouse Joan (Inger Stevens) et sa fille Pat, par celui qui lui a passé... [Lire la suite]