N'ayant pas été élevée avec les westerns du dimanche après-midi, j'en ai peu vus: c'est avec une vraie curiosité que j'ai regardé Taza, fils de Cochise. La plus grande surprise pour moi fut de découvrir qu'il fût réalisé par Douglas Sirk, le roi du mélodrame flamboyant. J'ai regardé ici et là ce que pensaient de cette entreprise les amateurs éclairés de western: c'est mitigé. Soit c'est jugé avec condescandance, soit franchement détesté.

Je ne connais rien aux westerns, ni aux grands mythes indiens, bien que j'aie souvent lu Lucky Luke. Les noms de Cochise, Géronimo et autres, je n'arrive pas à les replacer dans l'histoire mouvementée de l'Ouest américain. Cochise meurt; son fils, Taza (Rock Hudson), jure de sauvegarder le traité de paix avec les hommes blancs. Son frère Naiche (Bart Roberts) refuse de se soumettre à cet état de fait, tout comme Aigle gris (Morris Ankrum), père de Oona (Barbara Rush), jeune fille dont Taza est amoureux. Après un détour par Fort Apache, Taza fait alliance avec la cavalerie pour maintenir la paix dans les réserves indiennes. Géronimo (Ian MacDonald) arrive avec ses Apaches dans ladite réserve; une guerre s'y déclenche, entre la cavalerie, les Apaches, et les fidèles de Taza, pris entre les deux camps.

Taza discute

En regardant ce film, je me suis dis que clairement, le western, ce n'était vraiment pas mon truc. En revanche, j'ai beaucoup aimé les couleurs vives et chatoyantes de la pellicule, si caractéristiques de l'oeuvre de Sirk. Un des acteurs préférés de ce dernier, Rock Hudson (vu dans le Secret magnifique et Tout ce que le ciel permet), joue le rôle de Taza: cela est-il surprenant de le voir en Indien? Moi j'y ai cru, tout comme en la perfidie d'Aigle noir et les aternoiements du général. Au sujet du scénario - les tribus indiennes doivent se soumettre pour éviter la guerre, mais dans l'honneur -, je n'ai pas d'avis: le sujet est trop complexe, et du reste, je ne crois pas qu'on puisse jamais le traiter avec neutralité et objectivité. Taza, fils de Cochise a l'intérêt de ne pas faire l'apologie de la guerre, mais du bien-vivre ensemble, autant que cela est possible. La scène de bataille finale m'a ennuyée; les dialogues, qui vont à l'essentiel (c'est peu de le dire), sont impeccables. Enfin, c'est l'un des premiers westerns entièrement tourné en extérieurs, dans les parcs nationaux plus précisément; les paysages n'en sont que plus grandioses, et magnifiquement rendus par la photographie de Russell Metty. 

affiche Taza fils de Cochise

TAZA, FILS DE COCHISE (TAZA, SON OF COCHISE)

Universal Pictures, 1954

Réalisation: Douglas Sirk, d'après une histoire de Gerald Drayson Adams

Photographie: Russell Metty

Distribution: Rock Hudson (Taza), Barbara Rush (Oona), Gregg Palmer (Cne Burnett), Bart Roberts (Naiche), Morris Ankrum (Aigle gris), Eugene Ingelias (Chato)

Premier visionnage: Arte 

Films de Douglas Sirk avec Rock: Écrit sur du vent