Incursion dans le cinéma réel aujourd'hui, avec la découverte d'un film très aimé par la critique: Ida, film polonais de Pawel Pawlikowski. C'est l'histoire d'une jeune novice polonaise sur le point de prononcer ses voeux et qui va, à la demande de la mère supérieure, rencontrer son unique famille - sa tante Wanda - avant d'entrer pour toujours dans le monde régulier. C'est l'histoire de la rencontre du monde d'Anna, la catholique, et de Wanda, la... juive. C'est l'histoire d'une révélation sans émotions qui entraîne Wanda vers le village des parents d'Anna - Ida à la recherche de leurs tombes éphèmères, et d'une maison spoliée. C'est l'histoire de la rencontre de la jeune Ida avec le monde séculier, qu'elle intériorise sans paroles, sans crainte ni espoir, un monde incarné par un bel auto-stoppeur joueur de saxophone dans un band. C'est l'histoire, enfin, d'un instantané de vie, de la découverte de ses origines jusqu'au repos éternel de ses morts, qui, grâce à un retour dans le passé, ont enfin recouvré leur identité.

Ida, c'est tout cela. Ida, filmée avec des angles fixes d'une beauté stupéfiante, avec un noir et blanc lumineux plus froid que les paysages désolés de campagne que traverse une voiture blanche, Ida raconte deux femmes, deux histoire liées à la grande, dans la Pologne des années 50. Peu de mots, des plans courts, une fluidité entre chaque bout de scène d'une bienheureuse évidence, Ida est un bijou fin et solide, qui met l'âme en paix. Jusqu'à ce que, à l'exemple de l'héroïne éponyme qui, après avoir connu l'amour sacré et l'amour profane, est suivie sur sa route par une caméra saccadée à l'image des bouleversements calmes qui se sont faits en elle, le spectateur sorte d'un pas haché, trop agité pour évoquer les émotions profondes qui se sont fait en lui face à Ida, un film-bijou qui offre les meilleures raisons d'aimer le cinéma. 

affiche Ida

IDA

Opus Film, Fandango Portobello, Phoenix Film Investments, 2013

Réalisation: Pawel Pawlikowski

Photographie: Ryszard Lenszewski et Lukasz Zal

Avec Agata Kulesza (Wanda Gruz), Agata Trzebuchowska (Anna/Ida), Dawid Ogrodnik (le saxo), Jerzy Trela (Szymon Skiba)

Premier visionnage: Cinéma les 2 Palmes