Gene, toute en couleurs

Miss Tierney à l'aube de sa gloire fulgurante. Issue des milieux financiers, elle débuta presque immédiatement au cinéma où son étrange beauté, ses yeux bleus en amande et ses pommettes saillantes attirent tous les regards. Merveilleusement photogénique, particulièrement sur pellicule, elle illumine de sa grâce nombre de films noirs ou mélodramatiques, dont le plus célèbre, Laura, joue sur la fascination qu'elle inspire. Malgré de sévères déconvenues dans sa vie privée – son père lui fait un procès pour s’être « mésalliée » en épousant le styliste Oleg Cassini, une liaison éphémère avec le sénateur John F. Kennedy et un amour pour Ali Khan et leur rupture, qui la désespère –, son image cinématographique reste intacte. Elle eut l'intelligence de s'arrêter à temps, avant que ne passe sa beauté légendaire, et affermit sa postérité avec des films touchant à l'au-delà: outre Laurale Ciel peut attendre, l'Aventure de madame Muir et Péché mortel la voient dialoguer avec les morts.