La plus mignonne comédie italienne découverte grâce au Cinéma de minuitMarisa la coquette condense en un peu plus d'une heure quinze tout ce qui fait le charme d'un film. Une histoire simple d'amour et de séduction, qui se passe entre la gare de Civitavecchia et la mer Tyrrhénienne, avec comme protagonistes une Italienne adorable au physique superlatif, Marisa (Marisa Allasio), et un marin lui courant après, Angelo (Renato Salvadori). Entre les deux, une foule de mâles italiens de tous âges s'arrêtant sur le passage de Marisa et ses formes de Vénus callipyge lorsque qu'elle leur vend des glaces entre deux arrêts de train.

Marisa et son beau marin

Marisa aime être l'objet de la convoitise de tous ces hommes, mais n'en aime aucun. Elle est vaguement liée à un futur joueur de football, Luccicotto (Angela Aranda), mais tombe sous le charme, bien qu'elle s'en défende, du beau marin qu'elle croise sur le port de Rome. Celui-ci revient tous les dimanches en escale à Civitavecchia. Continuant à user de ses charmes afin d'éviter que le nouveau chef de la station ne la renvoie à l'école (Marisa est mineure), Angelo découvre son papillonnage le dimanche suivant. Blessé, il l'arrose avec le jet d'eau servant à arroser le jardin de la gare, et s'en va tout triste. Marisa rompt ses fiançailles d'un soir avec Luigi (Ettore Manni), le contrôleur de la gare, va chercher Luccicotto à Rome puis le laisse, refuse les avances du chef de gare qui voulait la virer, et finalement retrouve son beau marin.

Marisa et Luigi, son éphémère fiancé

"Tous ces hommes qui te regardent, aucun qui t'aime vraiment!", dit Angelo à Marisa quand il l'enlève. Très jolie pépite de Mauro Bolognini, cette comédie tournée en 1956, dans une Italie en pleine reconstruction (Rome est encore un grand champ de ruines), mérite d'être découverte ! Surprise de taille: le scénario a été en partie par Pier Paolo Pasolini. Comme quoi, ce dernier savait être du côté du beau, avant ses délires inspirés de Sade. Pas de dialogue superflu ni de musique larmoyante, des décors authentiques et une simple histoire d'amour, Marisa la Coquette est un rayon de soleil dans ma cinémathèque. Et cerise sur le gâteau, pour toutes les filles: absolument TOUS les hommes présents dans le film sont beaux. Si, si.

affiche Marisa la coquette

MARISA LA COQUETTE (MARISA LA CIVETTA)

Carlo Ponti et Clemente Fracassi, 1957

Réalisation: Mauro Bolognini

Photographie: Carlo Carnini

Distribution: Marisa Allasio (Marisa), Renato Salvadori (Angelo), Francisco Rabal (Antonio), Angel Aranda (Luccicotto), Maria Cuadra (Luisa), Giancarlo Zarfati (Fumetto), Ettore Manni (Luigi)

Premier visionnage: Cinéma de Minuit