25 octobre 2015

Certains l'aiment chaud, de Billy Wilder (1959): l'homme est une femme comme les autres… et inversement

Summum inégalé de la comédie américaine, mélange inattendu et parfaitement maîtrisé de gangsters, de burlesque, d'amour et de loufoquerie, Certains l'aiment chaud peut faire mentir la réplique finale qui clôt son histoire: personne n'est parfait, mais un film peut atteindre la perfection. À ce degré-là, c'est du jamais vu, un comique étincelant oublié depuis les screwball comedies d'Hawks, de Lubitsch ou de Capra. La seule différence, c'est que Billy Wilder mixe les genres avec un art consommé de la mise en scène et de... [Lire la suite]

20 octobre 2015

Cliché du jour: Lana Turner

Mon autre blonde favorite!  Lana Turner est repérée, selon la légende, par un talent-scout alors qu'elle mange une glace au drugstore. Elle a seize ans et une image déjà trop sexuée pour jouer les jeunes filles sages de la série Andy Hardy (vous savez, avec Mickey Rooney et Judy Garland). Elle éclate au grand jour dans la Danseuse des Ziegfeld Follies puis, trois ans plus tard, c'est la consécration avec le Facteur sonne toujours deux fois. Lana Turner y impose dans ce film sa marque de fabrique: celle d'une... [Lire la suite]
15 octobre 2015

Ivanhoé, de Richard Thorpe (1952): le film de chevalerie par excellence

L'un des plus gros succès de la MGM en 1952, Ivanhoé sortit au coeur de l'été et remit au goût du jour la chevalerie, l'honneur et l'amour courtois. Avec une distribution éclatante réunissant les plus grands noms du studio de l'époque, des dialogues enchanteurs semblant sortis tout droit des livres de Chrétien de Troyes et des couleurs chatoyantes, Ivanhoé offrait aux spectateurs ce que l'industrie du spectacle savait faire de mieux. Évidemment, les luttes entre Normands et Saxons ne parlent pas forcément à un spectateur... [Lire la suite]
10 octobre 2015

Cliché du jour: Jayne Mansfield

Inhabituelle photo de Jayne Mansfield, loin, très loin de ses poses aguicheuses... l'actrice pouvait faire preuve de simplicité mêlée à une élégance de bon ton. Créée de toutes pièces pour concurrencer Marilyn Monroe sur le terrain des blondes au physique superlatif, Miss Mansfied tourna de nombreux films, dont trois valent le détour: la Blonde explosive, la Blonde et moi, Embrasse-la pour moi. J'ai une préférence pour le deuxième, gorgé de chanteurs de rock et dominé par le Cry Me a River de Julie London. On... [Lire la suite]
05 octobre 2015

Ninotschka, d'Ernst Lubitsch (1939): l'espionne qui venait du froid

Première comédie de Greta Garbo, avant-dernier film de la Divine, un slogan minimaliste resté célèbre ("Garbo rit!"): Ninotschka ne m'avait pourtant pas emballée, lorsque, adolescente, je le vis pour la première fois. Comme on peut changer d'avis, et qu'après tout, un Lubitsch reste un gage de qualité, j'ai eu l'envie de le revoir la semaine dernière. Et j'ai bien fait. Trois agents soviétiques arrivent à Paris dans le but de revendre des bijoux confisqués par la Révolution russe. La grande-duchesse Swana (Ina Claire),... [Lire la suite]
02 octobre 2015

Essais de costumes pour My Fair Lady

Attention! Aujourd'hui Un certain cinéma vous dévoile une mine d'or: les photographies des essayages du film My Fair Lady. Votre très humble servante n'apprécie pas plus que cela Miss Audrey Hepburn (voire pas du tout), mais elle reconnait, en toute objectivité, que l'actrice porte le vêtement à merveille. Une vraie Bettina du cinéma.  Des photographies de ces essayages, il y en a beaucoup, et j'ai dû faire un choix; vous remarquerez que certains costumes ne se retrouvent pas à l'écran.  Chose curieuse: ce n'est pas le... [Lire la suite]

28 septembre 2015

Cliché du jour: Gloria Swanson

Actrice partageant les palmes de l'immortalité de l'ère du muet avec Mary Pickford, Gloria Swanson reste également la seule mégastar de cette époque à avoir accepté un retour (triomphal) sur les écrans grâce à Boulevard du crépuscule, film de Billy Wilder qui la met cruellement en scène en gloire déchue du muet enfermée dans ses souvenirs. Le personnage de Norma Desmond ne correspond pas à Swanson: elle tourna plusieurs films parlant avec un égal succès puis choisit de s'absenter des écrans pour gérer ses nombreuses affaires,... [Lire la suite]
24 septembre 2015

Le Récupérateur de cadavres, de Robert Wise (1945): Boris Karloff et Bela Lugosi s'associent dans le crime

Aujourd'hui, évoquons un film fantastique découvert dans le coffret RKO mis en vente en 2013: le Récupérateur de cadavres. Avec un titre pareil, ça sent les soirées frissons. À la réalisation, on trouve Robert Wise - oui, oui, le futur réalisateur de West Side Story, de Nous avons gagné ce soir, et de... la Mélodie du bonheur. À la distribution, on trouve deux jeunes premiers: Boris Karloff, réchappé de la créature de Frankenstein, et Béla Lugosi, en vacances de films de vampires. Néanmoins, les deux plus grandes stars du cinéma... [Lire la suite]
20 septembre 2015

Plongeon de septembre

Non, ce ne sont pas les triplettes de Beverly Hills, mais trois stars du muet ayant passé le mur du son. À gauche, la délicate blonde Gwen Lee, jolie jeune première des Roarings Twenties, qui fit une bonne carrière dans des rôles de soutien. Au centre, Joel McCrea, grand bonhomme des années 30, inoubliable interprète des Chasses du comte Zaroff et de Rue sans issue. À droite, la brunette Raquel Torres imprima sa beauté exotique dans nombres de films d'aventures, avant de se retirer en 1935 pour épouser un riche... [Lire la suite]
16 septembre 2015

Les Ensorcelés, de Vincente Minnelli (1952): Hollywood dans son propre miroir

Pour ma première participation au ciné-club de Potzina, j'ai de la chance: un thème qui m'inspire! Le Cinéma dans le cinéma, c'est simplement tout ce que j'aime. Je songeai à Chantons sous la pluie, la meilleure illustration du passage du muet au parlant (et drôle avec ça), mais j'ai déjà parlé de Lina Lamont (ici). J'ai alors pensé à mon bréviaire de l'histoire du cinéma, Hollywood, l'usine à rêves (éd. Découvertes Gallimard). En ouverture, quatre films symboles: Une étoile est née (première version), Hellzapoppin, Boulevard du... [Lire la suite]