13 mars 2016

Barbara La Marr, ou l'incarnation parfaite de la Moderne Babylone

Attention, femme vénéneuse. Barbara La Marr, c'est un condensé à elle seule de toutes les excentricités, toutes les folies, tous les comportements hors-normes et toutes les drogues de ce qu'on appelait la moderne Babylone, Hollywood, au temps du muet. Surnommée "la femme trop belle", elle laisse une empreinte durable sur cette époque (muette) du cinéma, celle de tous les excès. Et il n'est pas interdit de penser que, si elle eût vécue, elle fut devenue Norma Desmond. Née Reatha Watson, elle gagne le qualificatif de "trop... [Lire la suite]

04 décembre 2015

Samson et Dalila, de Cecil B. DeMille (1949): la trahison féminine vue par un fils de pasteur

La devise de Cecil B. DeMille était "Dieu et Sexe". Si le premier mot n'est pas franchement présent lors de la première partie - muette - de sa carrière, où le cinéaste faisait dans la comédie débraillée et sophistiquée, l'alchimie des deux prit tout son sens lorsque DeMille s'empara des sujets antiques. Après une première version muette des Dix commandements, le cinéaste s'attaque franchement au péplum avec le Signe de la croix, en 1932, qui est comme une révélation: dans l'Antiquité, les populations étaient toutes décadentes... [Lire la suite]
24 août 2015

Hedy Lamarr, femme fatale et chercheuse (d'or)

Pour faire plaisir à Miss RP 1989 et Miss Girlie Cinéphilie, et à toutes celles qui aiment les stars d'Hollywood... un aparté au sujet d'Hedy Lamarr. George Sanders, dans ses Mémoires d'une fripouille (PUF, 2004), décrit ainsi cette actrice autrichienne naturalisée américaine: "Lorsque j'ai connu Hedy Lamarr, elle était d'une beauté si époustouflante que les gens s'arrêtaient de parler lorsqu'elle entrait dans une pièce."  Connue pour son visage d'une absolue perfection, ses six maris, son sens aigu de la publicité... [Lire la suite]
07 octobre 2014

La Danseuse des Folies Ziegfeld, de Robert Z. Leonard (1941): démonstration par l'exemple de l'opulence de la MGM

Si un jour vous vous sentez triste, que les offres d'emploi sont aussi invisibles qu'un troupeau d'éléphants sur le Bassin d'Arcachon, que votre amoureux est aussi loin de vous qu'un Massaï, évadez-vous dans l'univers éclatant qu'est la Danseuse des Folies Ziegfeld. Pendant deux heures, vous serez transporté loin, très loin de cette maudite grisaille quotidienne, par la grâce de ce que la MGM savait faire de mieux: offrir du rêve. La première fois que j'entendis parler de cette Danseuse des Folies Ziegfeld, c'est par la... [Lire la suite]