04 octobre 2016

Coeurs brûlés, de Josef von Sternberg (1930): mon légionnaire

Premier film américain de Josef von Sternberg avec sa muse et medium Marlène Dietrich, Coeurs brûlés souleva immédiatement l'enthousiasme des foules américaines. Il faut dire que tout était réuni pour plaire: exotisme, amours contrariées, premier rôle masculin beau comme un dieu, premier rôle féminin brûlant la pellicule... et un troisième homme s'effaçant avec élégance. Prêt au voyage? À Mogador (aujourd'hui Essaouira), un paquebot débarque avec, à son bord, une chanteuse nommée Amy Jolly (Marlène Dietrich). Sur le ponton,... [Lire la suite]

14 novembre 2015

Sérénade à trois, d'Ernst Lubitsch (1933): le dramaturge ou le peintre?

Sérénade à trois, ou Design for living, ne m'a pas intéressée lorsque je le vis pour la première fois. Je m'en souviens, ce film lubistchien en diable clôturait le cycle "l'Âge d'or de la comédie américaine" du Cinéma de minuit. Après l'Impossible M. Bébé (ici), après l'Extravagant Mr Deeds (là), après New York Miami, après Sylvia Scarlett, j'étais déconcertée par cette histoire de ménage à trois, très choquant pour mes yeux d'adolescente. Aujourd'hui, j'ai grandi, j'ai gardé la cassette, j'ai revu le film et... n'en jetez... [Lire la suite]
02 octobre 2014

L'Extravagant M. Deeds, de Frank Capra (1936): l'angélisme à l'épreuve de la Grande dépression

L'Extravagant M. Deeds fait partie de ces comédies loufoques et absolument géniales qu'Hollywood produisit en masse, pendant les années 30, afin de distraire les classes laborieuses de la la situation économique catastrophique du pays. Aujourd'hui resté un classique, le film n'a rien perdu de son intérêt; et si la grande humanité de Capra frise parfois la naïveté, elle est d'une telle sincérité qu'on ne peut qu'être touché par elle, malgré qu'on en ait. Pour l'anecdote personnelle, ce film faisait partie du cycle "l'âge d'or de la... [Lire la suite]