25 janvier 2016

Cliché du jour: June Haver

June Haver, c'est une blonde piquante programmée par la Fox pour remplacer Betty Grable le moment venu. Elle est LA star en devenir du studio de Darryl Zanuck au tout début des années 50 jusqu'à ce que... une certaine Marilyn Monroe capte toute la lumière qui lui était destinée. Il est amusant de noter que Miss Haver et Miss Monroe partagèrent deux fois l'affiche: dans Bagarre pour une blonde, le premier film jamais tourné par Marilyn, et dans Nid d'amour, adorable comédie au sujet d'un couple vivant en co-propriété.... [Lire la suite]
Posté par CoralineLambert à 14:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 janvier 2016

Pandora, d'Albert Lewin (1951): la beauté d'Ava Gardner

Entre Ava Gardner et l'Espagne, c'est une affaire qui roule. Pour l'amour d'un torero fameux nommé Luis Miguel Dominguin, la star s'installe en pays ibérique en 1955. Cette passion pour l'Espagne date à peu près de l'époque où elle tourna, en décors naturels, Pandora, puis, trois ans plus tard, la Comtesse aux pieds nus. Et, il est vrai, on ne peut imaginer pays s'harmonisant mieux avec le tempérament volcanique et passionné de Miss Gardner. Pandora sera son premier vrai triomphe personnel: il lui ouvre les portes de la... [Lire la suite]
11 janvier 2016

Cliché du jour: Perrette Pradier

Perrette Pradier, c'est la Constance Bonacieux de mon enfance, l'actrice des Trois mousquetaires de Bernard Borderie; celle à qui un Gérard Barray-d'Artagnan sautillant conte fleurette avant qu'une Mylène Demongeot-Milady l'assassine en plein couvent. Le drame! Voilà, c'est à peu près tout ce que je sais d'elle; ça et qu'elle fut une des plus grandes doubleuses du cinéma, à l'occasion directrice de doublage, aussi bien de la voix de Faye Dunaway que de celle de Médusa (vous savez, Bernard et Bianca). Pour moi, elle reste... [Lire la suite]
04 janvier 2016

Au bonheur des dames, d'André Cayatte (1943): tout par elle et pour elle

Selon une notice, le film Au bonheur des dames d'André Cayatte serait introuvable sur support cassette ou disque. Avis à celui qui a écrit la notice: le Ciné-club de France 2, qui a définitivement ressucité, l'a programmé cette année. Comme quoi, plutôt que d'acheter, regardez le grand ou le petit écran! c'est moins cher, la qualité de l'image est meilleure, enfin, dans le cas du film qui nous occupe, vous avez droit au commentaire très pertinent de Thierry Chèze, une petite mine d'information. Denise Baudu (Blanchette Brunoy) arrive... [Lire la suite]
28 décembre 2015

Cliché du jour: Martine Carol

Selon les époques, Martine Carol fut blonde, brune, rousse; mais les photos lui rendent rarement hommage. J'ai découvert ce cliché somptueux il y a quelques jours, digne du meilleur Kodachrome des années 40. Pose ultra glamour, toilette sompteuse, silhouette parfaite... les stars américaines de l'époque ne renieraient pas cette allure, notre Marilyn en tête. Le drame de la pauvre Martine Carol est d'avoir été une bombe dans une France trop prude, et de d'avoir été pulvérisée au bout de quelques cinq années de règne par une... [Lire la suite]
21 décembre 2015

Le sport, c'est mieux en couple

Mais oui, on peut faire sa musculation en chaussettes montantes et souliers de ville pour Monsieur, claquettes et mise en plis pour Madame. L'image a vieilli, mais pas le couple. Un certain cinéma vous présente Tony Curtis et Janet Leigh en pleine gonflette sur moquette. Honneur aux dames: Miss Leigh fut découverte par hasard par Norma Shearer, sur photographie, dans la station de ski où travaillaient les parents de la jeune fille. Recommandée par la star à la MGM, Janet y fit ses débuts à vingt ans et enchaîna... [Lire la suite]

14 décembre 2015

Dommage que tu sois une canaille, d'Alessandro Biasetti (1955): bella ragazza, tu es une voleuse!

Sophia Loren, dans sa vingtième année éclatante, fait tourner en bourrique Marcello Mastroianni, un chauffeur de taxi qu'elle vole. C'est le simple pitch de Dommage que tu sois une canaille. Et la canaille, c'est Sophia Loren. Avec deux comparses à ses ordres, la belle Lina (Sophia Loren) tente de voler le taxi de Paolo (Marcello Mastroianni). Celui-ci s'en rend compte, et n'aura de cesse, pendant tout le film, d'essayer de dire au père de la belle (Vittorio De Sica), lui-même pickpocket, que sa fille est une voleuse, et de tenter... [Lire la suite]
09 décembre 2015

Lana et Ava, atouts glamours de la MGM

Entre le milieu des années 40 et la fin des années 50, les deux déesses de la MGM se nomment Lana Turner et Ava Gardner. Celles qui, par leur seule présence, transformaient un film de série B en mine d'or. Les deux stars avaient sensiblement le même âge (Lana naquit en 1921, Ava en 1922), la même plastique parfaite, un glamour inné et un goût prononcé pour les aventures - elles épousèrent, chacune leur tour, le clarinettiste et chef d'orchestre Artie Shaw. Contrairement à ce que l'on peut penser, les deux stars... [Lire la suite]
04 décembre 2015

Samson et Dalila, de Cecil B. DeMille (1949): la trahison féminine vue par un fils de pasteur

La devise de Cecil B. DeMille était "Dieu et Sexe". Si le premier mot n'est pas franchement présent lors de la première partie - muette - de sa carrière, où le cinéaste faisait dans la comédie débraillée et sophistiquée, l'alchimie des deux prit tout son sens lorsque DeMille s'empara des sujets antiques. Après une première version muette des Dix commandements, le cinéaste s'attaque franchement au péplum avec le Signe de la croix, en 1932, qui est comme une révélation: dans l'Antiquité, les populations étaient toutes décadentes... [Lire la suite]
29 novembre 2015

Carnet mondain de 1927

Ayant constaté que mes petites messages consacrés à certains couples hollywoodiens, parfois oubliés, avaient quelques succès, embarquons-nous aujourd'hui en l'an 1927. Cette année-là, Vilma Banky, "la Rhapsodie hongroise", épousait Rod La Rocque, jeune premier très en vogue. Leur mariage fut qualifié de spectaculaire, de "lavish wedding" en anglais, bref de cérémonie de la décennie, voire de tout le cinéma muet. Vilma Banky, surnommée donc "la Rhapsodie hongroise", naquit sujette de l'empereur François-Joseph, en 1901.... [Lire la suite]