30 mars 2014

Viens chez moi, j'habite chez une copine, de Patrice Leconte (1981): le boulet façon 80's

Séance nostalgie des 80's hier soir: avec le film Viens chez moi, j'haibte chez une copine, je me retrouve plongée dans le Paris des toutes jeunes années 80, le Paris qu'ont connu mes parents, alors étudiants et âgés de moins d'un quart de siècle - et avec déjà un enfant. Le pitch, très simple (un boulet, d'une mauvaise foi totale mais attachant, s'installe "provisoirement" chez des amis), et la réalisation, très simple aussi, fonctionne encore très bien, même au bout de cinq visionnages. C'est toujours plaisant de regarder Guy... [Lire la suite]

29 mars 2014

Casablanca, de Michael Curtiz (1942): l'héroïsme selon les Américains

Il est des films dont on vous parle tellement que vous n'avez plus besoin de les voir pour en avoir une opinion; et, quand enfin on les visionne, on a un sentiment d'inaccompli doublé d'une interrogation: "tout ça... pour ça?" Casablanca entre pour moi dans cette catégorie de films. On sait que c'est LE film des Américains, le film fétiche, le film qu'il faut aimer si on est un vrai Yankee; on en parle beaucoup, on en a écrit des milliers de pages (le tournage mouvementé, le script écrit au jour le jour, la fin inconnue, etc.).... [Lire la suite]
26 mars 2014

Vacances volées, de Michael Curtiz (1937): toute ressemblance avec une certaine affaire Stavinsky...

Séance cinéma hier soir; plus on a de films à voir, moins on sait lequel regarder. Le choix s'est finalement porté sur Vacances volées, film rarissime enregistré grâce au Cinéma de minuit. Bien que Patrick Brion ménage, dans sa brève présentation, l'inspiration du film, et que le réalisateur avertit, pendant le générique, que "toute ressemblance avec des faits réels etc.", on n'a aucun mal à reconnaître l'affaire Stavinsky comme inspiration principale du scénario. Paris, les années 30, un homme présentant bien faisant des affaires... [Lire la suite]
25 mars 2014

Toni, de Jean Renoir (1935): à Lavéra, les souvenirs d'enfance reconnaissants

La découverte du Toni de Jean Renoir eut pour moi une saveur toute particulière: j'y voyais le décor naturel dans lequel je grandis pendant trois années. Toni, je l'ai vu lors d'une séance de cinéma en plein air, au fort Saint-Jean, sis entre le MUCEM et la mer, à Marseille, à l'occasion de Marseille-Provence 2013, Capitale Européenne de la Culture. C'était en juillet dernier, il était environ 23h, et il faisait encore assez chaud. Dès les premières images, j'ai su que j'aimerai ce film: on y voyait un train de... [Lire la suite]
24 mars 2014

Cliché du jour: Leatrice Joy

Quasiment méconnue aujourd'hui, Leatrice Joy fut une actrice très en vogue au temps du muet; sans avoir la même aura que Gloria Swanson ou Pola Negri (avec qui elle partageait le même type d'emploi à l'écran), elle était une actrice tout à fait honorable, et une vraie gravure de mode des années 20. Leatrice Joy débute en 1915 à la Nolan Film Compagnie, joue très vite les « leading ladies » dans des comédies de Billy West à la fin des années 1910 et devient vedette dans les années 1920. Sa beauté élégante,... [Lire la suite]
21 mars 2014

Ma super ex, d'Ivan Reitman (2006): le vide intercosmique

Hier soir, en lisant le blog Café mode de Géraldine Dormoy, et plus particulièrement la rubrique Films bien sapés (dont je suis une incontionnelle!), j'ai repensé à ces quelques films que l'on voit à son corps défendant, et dont une fois le visionnage passé, on se dit: "Pourquoi?" De ce constat, mon esprit s'est branché sur le pire film qu'il m'ait été donné de voir: Ma super ex, donc. Un film tellement affligeant qu'en sortant de la salle de ciné, j'avais enfin une réponse à donner à la question : "et toi, c'est quoi le film que tu... [Lire la suite]

17 mars 2014

La Chartreuse de Parme, de Christian-Jaque (1948): le souffle poétique à la française

Une des trois oeuvres majeures de Stendhal, la Chartreuse de Parme a peu séduit les cinéastes: une adaptation sur grand écran et deux téléfilms à peine. Peut-être que la multitudes de personnages, de rebondissements et la toile politique très particulière du roman ont rebuté les éventuels candidats, ou peut-être que le film de Christian-Jaque, le premier à être tiré de l'oeuvre, a-t-il découragé les téméraires. N'ayant jamais lu la Chartreuse de Parme, et n'ayant pas honte d'avouer que je ne connaissais pas même... [Lire la suite]
13 mars 2014

Ida, de Pawel Pawlikowski (2014), émotions noires et colères blanches

Incursion dans le cinéma réel aujourd'hui, avec la découverte d'un film très aimé par la critique: Ida, film polonais de Pawel Pawlikowski. C'est l'histoire d'une jeune novice polonaise sur le point de prononcer ses voeux et qui va, à la demande de la mère supérieure, rencontrer son unique famille - sa tante Wanda - avant d'entrer pour toujours dans le monde régulier. C'est l'histoire de la rencontre du monde d'Anna, la catholique, et de Wanda, la... juive. C'est l'histoire d'une révélation sans émotions qui entraîne Wanda vers le... [Lire la suite]
12 mars 2014

Cri de terreur, d'Andrew L.Stone (1958): 24 Heures chrono

La compagnie aérienne Twentieth Century Airlines reçoit une demande de rançon de 500.000 dollars; si elle n'est pas versée, l'un des avions sera piégé par une bombe contenant un explosif nommé RDX. Après deux fausses alertes, le FBI se met sur l'affaire. Dans le même temps, Jim Molner (James Mason), un ingénieur, se rend compte en écoutant les flashs d'informations qu'il est sans le savoir à l'origine de la bombe. Rentré chez lui, il est pris en otage, avec son épouse Joan (Inger Stevens) et sa fille Pat, par celui qui lui a passé... [Lire la suite]
11 mars 2014

Carnet mondain d'Hollywood, année 1926: Mae Murray épouse en quatrièmes noces David Mdivani

Le témoin de la mariée est Rudolph Valentino, sa demoiselle d'honneur Pola Negri (les deux stars sont par ailleurs fiancées). Le marié appartient à une ancienne famille géorgienne qui s'établit en Amérique dans les années 1920. La fratrie se fera remarquer par ses unions matrimoniales très avantageuses: l'aîné, Serge, épousa... Pola Negri, puis Louise Van Alen, une héritière de la famille Astor; le cadet, Alexis, premier époux de Louise Van Alen, se remaria avec Barbara Hutton, la femme la plus riche de son époque. L'union de la... [Lire la suite]