27 août 2014

Marisa la Coquette, de Mauro Bolognini (1957): la ragazza et i ragazzi

La plus mignonne comédie italienne découverte grâce au Cinéma de minuit, Marisa la coquette condense en un peu plus d'une heure quinze tout ce qui fait le charme d'un film. Une histoire simple d'amour et de séduction, qui se passe entre la gare de Civitavecchia et la mer Tyrrhénienne, avec comme protagonistes une Italienne adorable au physique superlatif, Marisa (Marisa Allasio), et un marin lui courant après, Angelo (Renato Salvadori). Entre les deux, une foule de mâles italiens de tous âges s'arrêtant sur le passage... [Lire la suite]

24 août 2014

Cliché du jour: Clara Bow

La première et la plus fameuse It Girl, d'après le titre d'un de ses plus célèbres films (Coup de foudre en français), Clara Bow réveille l'Amérique des années 20 par sa rousseur éclatante, son sex-appeal naturel et son érotisme sans complexe. Louise Brooks écrira d'elle : « Je trouvais que c’était la plus merveilleuse vedette des années vingt, parce qu’elle était les années vingt. Garbo venait d’Europe, Swanson était déjà très sophistiquée et habillée dans les films de DeMille, mais Clara était l’authentique enfant du... [Lire la suite]
18 août 2014

Grande dame d'un jour, de Frank Capra (1933): le plus beau conte de fées que le cinéma ait inventé

L'habit ne fait pas forcément le moine, et les coeurs d'or se trouvent dans des lieux inattendus. Avec Frank Capra et Grande dame d'un jour, un truand grimé en habit reste un mal embouché, une clocharde transformée en lady en devient une, et un gansgter supersticieux peut, à son corps défendant, faire en sorte que les mensonges bienveillants dviennent réalité. À l'origine, il y a Annie la Pomme (May Robson), une clocharde vendant des pommes sur les avenues new-yorkaises lors de la Grande dépression; un gangster... [Lire la suite]
14 août 2014

La Dame du vendredi, d'Howard Hawks (1940): dans l'intimité d'une salle de presse

La Dame du vendredi ne m'intéressait pas à l'époque où j'eusse dû l'apprécier: filmé dans seulement trois décors différents, resserré dans le temps et faisant l'apologie d'un journalisme prêt à tout pour obtenir une exclusivité, ce film me parut cynique et un peu amoral. Désormais, j'ai grandi, je travaille dans les relations presse, et cette oeuvre d'Howard Hawks a soudain pris un tout autre sens: les atmosphères des salles de presse sont les mêmes en 2014 qu'en 1940. Walter Burns (Cary Grant, dans un de ses grands personnages... [Lire la suite]
06 août 2014

Cliché du jour: Aishwarya Rai

Oui, c'est une Martienne venue sur Terre pour nous narguer. Ma soeur collectionne les photos d'Aish sous tous les angles et pendant tous les événements possibles (avec son mari, sans son mari, à Cannes, aux innombrables remises de prix du cinéma indien, chez Longines, chez l'Oréal, etc.), moi celles où elle est en sari. Elle en a de toutes les couleurs, de toutes les formes, de toutes les matières et de toutes les régions de l'Inde. Et tous lui vont. Ça aussi c'est possible. 
Posté par CoralineLambert à 20:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 juillet 2014

cliché du jour: Cary Grant

Parce que j'ai regardé récemment l'Impossible Monsieur Bébé (article en ligne) et la Dame du vendredi (article à venir), deux joyaux de la comédie américaine d'Howard Hawks avec Cary Grant, la photo du jour ne pouvait être qu'avec lui! Gentleman caustique, distrait ou menaçant selon ses rôles, Cary garde un je-ne-sais-quoi de classe internationale pour chacun de ses rôles. Sans oublier sa célèbre fossette, inimitable.

28 juillet 2014

L'Impossible Monsieur Bébé, d'Howard Hawks (1938): un paléontologue est pris en otage

L'autre titre du film pourrait être Un léopard dans le Connecticut, ce qui résumerait tout aussi bien la loufoquerie de ce classique. "Comédie complètement givrée" (screwball comedy) par excellence, l'Impossible Monsieur Bébé est un genre à elle toute seule, un peu comme si on avait mélangé les Marx Brothers avec Joseph Mankiewicz et Constance Bennett.  À travers un rythme endiablé qui jamais ne cesse, on suit les mésaventures d'un paléontolongue lunaire et maladroit, le Dr David Huxley (Cary Grant), cherchant à... [Lire la suite]
27 juillet 2014

Cliché du jour: Bette Davis

Bette Davis est à l'honneur dans le film Tout sur ma mère: Huma Rojo explique qu'elle a commencé à fumer à cause d'elle, des photos de l'actrice tapissent sa loge, Manuela et son fils regardent Ève - le film de référence en matière d'actrice de théâtre - à la télévision, enfin le personnage d'Ève Harrington (qui prend la place de Margot Channing/Bette Davis) revient comme un leitmotiv tout au long du film. Plutôt que de montrer une Bette Davis au visage déjà marqué et brune, j'ai choisi une photo d'elle lors de ses... [Lire la suite]
22 juillet 2014

Basic Instinct, de Paul Verhoeven (1992): du bon usage d'un pic à glace

A la faveur d'un Summer 90's sur Arte, j'ai pu regarder, il y a quelques jours, le fameux Basic Instinct. Non, je ne l'avais jamais regardé, et non, ça ne m'a jamais manqué. D'après les on-dit, le film semblait se résumer à un jeu de jambes de Sharon Stone et une histoire de pic à glace. C''est l'été, regardons ce film très représentatif des 90's et qui a propulsé Sharon en haut de l'affiche (tout en haut). ... et je remarque que je ne suis pas capable d'écrire le résumé du film, car je n'ai pas tout compris - j'étais... [Lire la suite]
20 juillet 2014

Ben-Hur, de William Wyler (1959): le gigantisme au service d'une vengeance... et de la parole du Christ

Apparemment, je suis dans une veine péplum: après Céopâtre, j'ai regardé, trois fois de suite, Ben-Hur, péplum gigantesque qui inspira Cléopâtre, et reste un sommet du genre. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, il n'est pas de Cecil B. deMille, bien que Charlton Heston en soit la vedette; c'est William Wyler, autre vieux routier bien connu d'Hollywood, qui était derrière la caméra. Film diffusé de multiples fois à la télévision, à l'égal des Dix commandements, Ben-Hur a bien des points communs avec... [Lire la suite]