15 janvier 2018

En cas de malheur, de Claude Autant-Lara (1958): la France s'ennuie, le cinéma aussi

Le cinéma français des années 50, contrairement au cinéma américain, me reste étranger. Les scenarii, la façon de filmer, les sujets, tout y est déjà démodé. Même les jeunes personnages sont vieux. Sans doute, ainsi que nous l'avions évoqué pour la Peau douce ou Martine Carol, parce que la France de la IVe République fut vieille avant même d'avoir été jeune. Ce constat est éclatant dans le film qui nous occupe ici. En cas de malheur, malgré l'éblouissante beauté de Brigitte Bardot, est désespérant d'ennui. Yvette Maubert... [Lire la suite]

13 janvier 2018

le Coup de foudre, de Clarence Bagder (1927): à la gloire de Clara Bow

Les films muets de Clara Bow sont aussi difficiles à trouver que ceux, de la même époque, de Gary Cooper ou de Norma Shearer. Après avoir attendu en vain une rétrospective à la Cinémathèque ou au Cinéma de minuit, je me suis résignée à faire un tour sur Youtube... où tous les films de miss Clara sont accessibles. Surmontant mon embarras à visionner un film via ce medium, j'ai choisi de regarder le plus célèbre de la star, le Coup de foudre, mieux connu sous son titre original, It. Et ce fut un ravissement. Le film part d'un... [Lire la suite]
10 janvier 2018

le Dernier tournant, de Pierre Chenal (1939): James M. Cain dans les Alpilles

Première adaptation du Facteur sonne toujours deux fois, fameux roman policier de James M. Cain, le Dernier tournant reste sa version la plus méconnue. Elle n'en n'est pas moins d'une extraordinaire modernité. Le scénario est fidèle au livre, fidèle comme le fut celui de Tay Garnett, qui en signa la plus célèbre adaptation: un vagabond, Franck (Fernand Gravey), arrive, au hasard des routes, dans une station service perdue des Alpilles. Il s'éprend immédiatement de la femme du patron, Cora (Corinne Luchaire). Une liaison... [Lire la suite]