Premier film américain de Josef von Sternberg avec sa muse et medium Marlène Dietrich, Coeurs brûlés souleva immédiatement l'enthousiasme des foules américaines. Il faut dire que tout était réuni pour plaire: exotisme, amours contrariées, premier rôle masculin beau comme un dieu, premier rôle féminin brûlant la pellicule... et un troisième homme s'effaçant avec élégance. Prêt au voyage?

Amy et Tommy

À Mogador (aujourd'hui Essaouira), un paquebot débarque avec, à son bord, une chanteuse nommée Amy Jolly (Marlène Dietrich). Sur le ponton, elle a rencontré un homme aimable et distingué, M. La Bessière (Adolphe Menjou), qui, s'inquiétant de voir une jeune femme seule dans cette contrée, disons, pas vraiment bien famée, lui propose son aide. Elle refuse. Engagée dans un bouge où se retrouve "bourgeoisie" locale et soldats de la Légion étrangère, elle y remarque un beau légionnaire, Tom Brown (Gary Cooper), qu'elle ne laisse pas indifférent...

le ménage à trois

Ah, Gary Cooper en légionnaire, il était jeune, il était beau, il sentait bon le sable chaud... c'est simple, la chanson créée par Marie Dubas aurait pu servir de bande-son. Mais Sternberg élève un peu le niveau, et c'est plutôt à un roman de Pierre Benoît qu'il faut penser (le film est tiré d'une pièce d'un autre Français, Benno Vigny). On trouve dans Coeurs brûlés cet exotisme littéraire, cette exaspération des passions, ces femmes fatales et ses hommes envoûtés rendus sublimes par le (supposé) climat de l'Orient, qui désoriente les sens. Rien à dire, Sternberg connait cette mythologie (de pacotille, diront certains) très en vogue dans le premier tiers du XXe siècle.

première rencontre

Gary Cooper est un légionnaire sans but, à la recherche du plaisir immédiat, dont on sent bien que la Légion est sa dernière attache: s'il la quitte, il sombre dans le néant. Marlène Dietrich, en Amy Jolly, suit le même parcours: on devine la dégringolade sociale quand, invitant sur un coup de coeur Tom Brown dans sa loge, elle répond "Vous croyez que j'en serai là si je le possédais encore?" lorsque ce dernier lui demande si elle a toujours le manteau de zibeline aperçu sur une de ses photos. C'est la chute en avant, à l'image de celles qu'Erich von Stroheim pouvaient filmer, en moins vulgaire, moins sadique, mais tout aussi désespérée: et dans cette chute surnage un amour qui trouble Tom et emporte Amy Jolly.

la légende est en marche: Marlène en habit

Il est amusant de voir que Sternberg se paie le luxe d'inverser les rôles, alors qu'Amy Jolly et Tom Brown représentent la quintessence de leurs genres "évidents" (la première est une beauté fatale, le second un légionnaire (donc virile) irrésistable). Or, c'est Amy qui chante en habit (une première à l'écran) et qui embrasse... une femme, et Tom qui la regarde, énamouré, une fleur derrière l'oreille. Et vous savez quoi? Gary Cooper, avec une fleur, est encore plus viril que tous ses camarades réunis; Marlène Dietrich, en habit et chapeau clac, est plus féminine que toutes ses consoeurs à moitié dénudées.

Amy Jolly résiste: aimer un légionnaire, c'est la dernière étape avant la prostitution (qu'elle semble déjà pratiquer), avant la foule des femmes de rien suivant la troupe au gré de ses affectations. Amy et Tom, beaux comme des dieux et revenus de tout, ne sont pas prêt à s'avouer cet amour inattendu qui surgit entre eux. Pour l'éviter, Tom part en campagne, Amy Jolly accepte l'offre de M. La Bessière: celle d'une vie respectable. N'en disons pas plus pour ceux qui n'auraient pas vu ce bijou: sachez juste que le dernier plan, où Amy Jolly s'éloigne de toute civilisation, où seul le bruit du sable s'entend, est saisissant. 

affiche Coeurs brûlés

COEURS BRÛLÉS (MOROCCO)

Paramount, 1930

Réalisation: Josef von Sternberg, d'après le roman de Benno Vigny (Amy Jolly

Photographie: Lee Garmes

Distribution: Gary Cooper (Légionnaire Tom Brown - en français dans le texte), Marlène Dietrich (Mademoiselle Amy Jolly - en français dans le texte), Adolphe Menjou (Monsieur La Bessière - en français dans le texte)

Premier visionnage: Cinémathèque française

Films de Josef avec Marlène: Shanghai Express, Agent X-27

Films de Josef sans Marlène: les Espions s'amusent

Films avec Gary: Sérénade à trois, l'Extravagant M. Deeds