Depuis le temps que je parle de Clarkinou, il fallait, à un moment, mettre en pleine lumière l'amour de sa vie, Carole Lombard. Carole Lombard, c'est une personnalité qui détonne chez les stars hollywoodiennes: elle jure comme un charretier, se conduit comme un camionneur, mène sa barque sans l'aide de personne... et est l'une des plus racées vedettes féminines des années 30.

Miss Lombard

Quand elle meurt dans un accident d'avion, en 1942, à l'âge de 34 ans, l'industrie cinématographique américaine perd l'une de ses actrices les plus talentueuses et les plus intelligentes. Débutant au muet comme "bathing beauty" chez Mack Sennett, elle incarnera l'essence même de la comédie loufoque dans Train de luxeMon homme Godfrey, la Joyeuse suicidée. Mais Miss Lombard était aussi une très bonne actrice dramatique: Vigil in the Night, l'Aigle et le vautour, l'Autre ou Drôle de mariage sont parmi ses plus belles réussites. Parmi ses autres rôles remarquables montrant toute la finesse de son jeu, citons son tandem avec Fred MacMurray dans Jeux de mains ou Une princesse à bord. Ses deux derniers films contiennent deux de ses meilleures performances: Joies matrimoniales (Mr et Mrs Smith en version originale, seul film d'Hitchcock qui soit une comédie musicale) et Jeux dangereux, satire lubtischienne mémorable.

On peut ajouter que Miss Lombard fut mariée à William Powell avant d'épouser Clarki. Que, grâce à un contrat non-exclusif, elle fut la vedette la mieux payée au monde de son époque, tout comme elle fut l’une des premières à obtenir des pourcentages sur recettes. Qu'elle gagnait deux fois plus que le King sur un seul film. Et qu'en mourant, elle laissait vacante la place d’une grande actrice de comédie.