Entre le milieu des années 40 et la fin des années 50, les deux déesses de la MGM se nommaient Lana Turner et Ava Gardner. Celles qui, par leur seule présence, transformaient un film de série B en mine d'or. Les deux stars avaient sensiblement le même âge (Lana naquit en 1921, Ava en 1922), la même plastique parfaite, un glamour inné et un goût prononcé pour les aventures - elles épousèrent, chacune leur tour, le clarinettiste et chef d'orchestre Artie Shaw. Contrairement à ce que l'on peut penser, les deux stars s'entendaient assez bien. Bien qu'ayant le même emploi au cinéma (femme fatale ou dame aux multiples amours déçues), aucune ne marcha jamais sur les plates-bandes de l'autre. Un cas assez rare de complicité féminine. 

Ava rend visite à sa copine Lana sur le plateau de la Veuve joyeuse

Un autre de leurs points communs, et non des moindres, fut d'avoir été découverte... par hasard. Aucune des deux ne manifestait l'envie quelconque de faire du cinéma. Lana Turner fut découverte à seize ans sur sa bonne mine et sa plastique avantageuse par un talent scout; un autre talent scout découvrit Ava Gardner, en photo, dans la vitrine new-yorkaise de son beau-frère (elle habitait alors en Caroline du Nord). Les deux jeunes filles signèrent pour entrer à la MGM, parce que le cinéma, c'est sympa, et qu'aucune des deux ne faisait d'autres projets. Ava ajouta que, entre suivre des cours du soir pour être secrétaire et partir à Hollywood pour respirer le même air que Clark Gable, elle n'hésita pas longtemps. Tu as raison Ava!

Le King, justement, que ces dames découvrirent sur grand écran lorsqu'elles étaient enfants, partagea l'affiche avec les deux: trois films avec Ava (Mogambol'Étoile du destinMarchands d'illusions), quatre avec Lana (Franc-jeuJe te retrouverai, le RetourVoyage au-delà des vivants). Bon, on ne va pas se mentir, ces films n'ont pas très bonne réputation, à l'exception de Mogambo et de Franc-jeu. Clarki portait le deuil de Carole Lombard et était un homme marqué lorsqu'il tourna avec les deux miss.

turner gardner0

D'ailleurs, s'il y a quelques bons films, voire d'excellents, dans la carrière des deux stars, il y a également beaucoup d'ivraie. Miss Gardner galéra presque huit ans dans des série B avant d'exploser dans les Tueurs - où elle gagna son surnom de "plus bel animal du monde"puis alterna les films quelconques et les vrais bons films. Miss Turner, déjà en haut de l'affiche à 20 ans sous le surnom de "The Sweater Girl", mit également du temps avant de trouver LE film qui allait tout casser: ce fut le Facteur sonne toujours deux fois. Après ce succès, comme sa copine, elle enchaîna les films faits pour rapporter et les films faits pour durer. 

N'oublions pas que, sous contrat, comme toutes les stars de l'époque, avec un studio, elles étaient tenues de tourner ce que la MGM décidait pour elles. Quelques stars avaient un droit de regard sur leur scenario, mais dans l'ensemble, c'était l'usine. il s'agissait d'être ren-table. Ni Lana ni Ava n'eurent de grande vision philosophique sur le "métier d'acteur": elles ne furent pas compliquées côté vie professionnelle. Elles tournaient, et si la scène était bonne pour le réalisateur, elle l'était pour elles. Pas d'ambition de recevoir un Academy Award, bien qu'elles fussent toutes deux nommées (les Plaisirs de l'enfer pour Lana, Mogambo pour Ava). En revanche, côté vie personnelle, ça balançait pas mal.

Lana et Artie

On commence par Miss Sweater Girl. À la fin de sa vie, elle déclarait, un brin fataliste: "Je voulais un mari et sept enfants. Finalement, j'ai eu l'inverse." Sept maris au compteur, en effet, mais huit mariages en tout (il faut parfois épouser deux fois le même homme pour être sûr que ce n'est pas le bon). L'actrice était connue du tout-Hollywood pour ses nombreuses liaisons, liaisons dont elle ne se cachait pas. Parmi les hommes qui la menèrent à l'autel, quasiment pas de personnalité connue du grand public - à l'exception d'Artie Shaw -, mais des millionnaires, des restaurateurs, des producteurs de film, des propriétaires de cabaret. Son premier mari fut Artie, qu'elle épousa à l'âge de 19 ans, pour quatre petits mois. Et basta!

Artie Shaw aimait les belles actrices: outre Lana, il épousa - entre autres - Evelyne Keyes... et Ava. Ava avait 22 ans, et venait de divorcer d'avec Mickey Rooney (oui, vous avez bien lu). Elle s'ennuya pendant deux ans, puis partit faire la bringue avec sa copine Lana. Entre-temps, elle dévorait tout cru un Robert Mitchum (qui ne voulait pas, mais on le persuada qu'il passerait pour un inverti s'il refusait), s'acoquinait pour un temps avec Stephen Crane, le... deuxième et troisième mari de Lana, frappait avec un candélabre en argent un Howard Hughes devenu franchement trop collant, puis s'embarqua dans une histoire pour le moins compliquée avec Frank Sinatra (son troisième et dernier mari). 

Ava et Artie

Oui, ça ambiançait bien à la MGM avec ces deux-là... La fin des contrat à long terme ne mit pas fin à leur aura; les bons rôles avec des cachets à la hauteur de leur célébrité furent seulement plus rares. Curieusement, Lana Turner, qui ne rapportait plus au box-office lors de ses dernières années à la MGM, se mit à enchaîner les succès populaires: Mirage de la vie bien sûr, mais aussi les Plaisirs de l'enfer, Meurtre sans faire-part et Madame X, son dernier grand rôle. Quant à Ava, dont le dernier film pour la MGM fut la Maja nue, elle tourna encore beaucoup, mais des films sans grand écho en salles, à l'exception de la Nuit de l'iguane.

Ces deux sacrés tempéraments s'éteignirent dans les années 90, non sans avoir fait des apparitions dans des feuilletons célèbres. Leur postérité? c'est difficile à dire, tant le monde du cinéma a changé: il faut être parfait aujourd'hui! Ava Gardner fut statufiée par les cinéphiles dans le rôle de Maria Vargas (la Comtesse aux pieds nus): je la préfère dans Pandora, où elle est éblouissante (et dans Ville haute, ville basse, où elle a un petit rôle de maîtresse de James Mason). Quant à Lana Turner, elle reste pour moi les deux facettes de la femme au cinéma : fatale dans le Facteur sonne toujours deux fois, victime du destin dans Mirage de la vie. Rendez-nous ces deux stars incontrôlables: c'est ça, le vrai Hollywood !

Des films avec Lana? ici, ici, et . Des films avec Ava? un peu de patience...