Josseline Gaël

Josseline Gaël, actrice française qui a mal tournée pendant l'Occupation... Tout petite, on la voit déjà sur les écrans du muet ; à peine grandie, ses rôles s’étoffent et elle interprète avec justesse les jeunes filles en fleur. Séduisante, elle met de l’esprit et du piquant dans des apparitions qui n’en comportent guère et se distingue dans Monsieur Personne, Un déjeuner de soleil ou la Main du diable, l'un de ses derniers films, dans lequel elle partage la vedette avec Pierre Fresnay. Mariée à Jules Berry, sa carrière est brisée net à la Libération en raison de ses graves imprudences pendant l’occupation allemande. Contrairement à Arletty, qui gardera son aura malgré une interdiction de travail, ou Édith Piaf, qui inventera de minables excuses sur ses deux séjours en Allemagne nazie et sur son logement dans l'immeuble de passe des collabos de la rue Lauriston, Josseline Gaël se retrouva dans le même sac que Mireille Balin. Elle disparut totalement de la circulation et s'éteignit près de cinquante ans plus tard, sans bruit, en Charente.