Pose et manteau typique des années 20

Leading Lady des années 1920, Virginia Valli fait ses débuts en 1915, à Chicago, avec la Selig Polyscope Company. Une des toutes premières actrices du muet, donc, et qui devient dès 1917 une ingénue populaire grâce à la Essanay. Elle atteint le firmament des vedettes avec la Metro, à Hollywood, qui la caste avec l'une des idoles de ces dames, Bert Lytell, avec qui elle tourne plusieurs mélodrames très populaires. Généralement considéré comme une victime du parlant, Virginia Valli n'avait en réalité pas démérité dans son premier essai, Mr. Antonio, et même si sa voix était considérée comme un peu raide et «trop anglaise» dans l'Île des navires perdus, sa diction était dans les normes demandées. N'étant déjà plus dans sa première jeunesse (et la jeunesse passait alors très vite), elle se vite retrouve dans une position sans issue et choisit de prendre sa retraite après Night Life à Reno, film à petit budget d'Artclass Pictures (je ne connaissais même pas le nom de ce studio). Cette même année 1931, elle épouse l'homme le très séduisant Charles Farrell et devint ainsi la «première dame» de Palm Springs après l'accession de son époux à la mairie.