Vera Zorina, le regard qui transperce

La plus belle ballerine de l'écran (oui, même devant Cyd Charisse) est pourtant la moins connue. Allemande puis Américaine, formée aux ballets russes de Monte-Carlo et épouse de George Balanchine (un CV de rêve pour une danseuse), Vera Zorina aura pourtant vu sa réussite sur grand écran nuire à sa carrière sur scène. Étonnante dans l'univers des comédies musicales, Vera Zorina y détonne avec son accent rocailleux, sa distinction toute européenne et sa beauté exceptionnelle. Parmi ces séquences de rêves, toutes chorégraphiées par Balanchine, on trouve The Goldwyn FolliesSur les pointes ou Hollywood Parade. Vera Zorina, mieux que Vera-Ellen ou Moira Shearer ! Il lui manqua peut-être un Gene Kelly à l'écran pour la rendre inoubliable.