Le billet aurait dû s'appeler la Belle de Saïgonun Clarki entre deux femmes dans la Cochinchine de nos grands-pères. Mais les événements se sont emballés, et dans la foulée d'une semaine morose, Anita Ekberg quittait à tout jamais la fontaine de Trévi et ses pas chaloupés dans l'eau italienne.

Miss Ekberg sur l'onde

Miss Suède ayant atterri à Hollywood avec un contrat signé par le milliardaire-avionneur-fou Howard Hughes, Anita Ekberg écume les soirées du coin avec un certain succès: l'opulance de ses formes, qui feraient passer Marilyn Monroe pour une anorexique, fait dire à Bob Hope, comique aimant les girondes: "ses parents ont dû recevoir le prix Nobel d'architecture". Après deux apparitions éblouissantes dans Artistes et Modèles et Un vrai cinglé de cinéma, Federico Fellini, lui aussi très porté sur les formes capiteuses, l'embarque pour Rome et lui offre une baignade mémorable dans la fontaine de Trévi, sous les yeux d'un Marcello Mastroianni veule et subjugué. La scène tirée de la Dolce Vita attira au réalisateur et à l'actrice les foudres du Vatican, qui interdit à ses fidèles d'aller voir le film sous peine d'excommunication - oui, nous sommes en 1960. Je n'ai vu le film que jusqu'à ce passage - ou, plutôt, j'ai tenu pour réussir à voir ce passage. Le reste est d'une vacuité absolue et déjà surranné pour l'époque. Je ne suis pas loin de penser, comme les critiques du Figaro avec qui je suis rarement d'accord, que c'est une des Palmes d'or les plus surestimées. En plus, le personnage d'Anita, une star américaine blonde et plantureuse (tiens tiens) de passage en Italie, reprend des phrases entières prononcées dans la vraie vie par... Marilyn elle-même. 

Cependant, Fellini aura au moins réussi ce miracle: faire de ce bain de minuit l'une des plus belles illustrations du septième art. Anita Ekberg ne sera la star que de ce film. Le reste, fondé uniquement sur son avantageuse plastique, n'est hélas pas digne d'intérêt. Miss Ekberg a fini sa vie seule, en Italie, dans une maison de retraite. Mais son image de sirène en robe noire marchant sur l'eau hante tous les ouvrages de cinéma, et elle console, désormais, au Paradis, Wolinski, connu pour son amour des femmes. 

Anita, née sous un signe d'eau